tour de mirambeau 2008

Tour de Mirambeau, grand vin, blanc, 2008

3 juin 2011

80% Sauvignon, 20% Semillon

C’est l’une des très belles surprises de l’année 2010 d’avoir gouté, à plusieurs reprises, le Tour de Mirambeau blanc 2008 (ce que la propriété appelle le grand vin blanc, il existe également une cuvée « réserve » en premier prix) de la famille Despagne, sise à Naujan et Postiac sur la rive droite dans le bordelais. Vin découvert grâce à Monsieur Gaillard de la maison Martin à Saint-Emilion (il faut bien rendre hommage aux cavistes nous faisant découvrir les beaux flacons, mais sans oublier avant tout à la fois le vigneron et le consommateur qui doivent pouvoir rester en contact, je m’expliquerai sur ce point un de ces jours suite à une conversation tenue avec un caviste refusant l’idée que l’amateur puisse se rendre en propriété et y acheter ses flacons ; cela mérite quelques développements et ne peut se résumer).

A chaque dégustation, ce fut du bonheur pour mes convives (et moi…). Le Tour de Mirambeau blanc 2008 est ainsi une valeur sure qui fait toujours son effet. Il est intéressant de le servir à l’aveugle avec des amateurs qui vous emmèneront sans doute vers les bons graves (notamment Pessac-Leognan) bien que le TDM s’en démarque.

La couleur un peu miellée se retrouvera en bouche. Ce n’est pas pour déplaire, bien au contraire. Le nez est très agréable, un vin qu’on ne se presse pas à mettre en bouche tant il est déjà, là, flatteur. Bref, la couleur séduit, le nez enivre déjà d’un parfum expressif et complexe, les arômes se percutent dans un ensemble bien intégré.
Alors, forcément, une petite crainte la première fois que je l’ai goûté : le plaisir gustatif suivra-t-il ? Oui, cent fois oui !
C’est gras, c’est confit, c’est long, cela reste élégant mais c’est dense.
Si vous avez prévu une bouteille, il en manquera une autre.

J’ai bu des blancs bien plus chers qui ne lui arrivent pas, disons à la taille, je tiens le rapport qualité prix de ce Tour de Mirambeau comme très bien. Evidemment, il ne faudrait pas inciter à ce que les prix augmentent, car il est là sur un créneau qui mérite que, haut et fort, on parle de ce vin. C’est dans la même gamme de prix qu’un Chantegrive cuvée Caroline.

EXCELLENT rapport prix-plaisir (à 13,75 euros, le prix propriété à ce jour) et coup de coeur

coeur

A négocier entre 15 et 18 euros la bouteille chez le caviste (par exemple aux Etablissements Martin à Saint-Emilion) ; c’est à 13,75 par caisse de 12 à la propriété (il faut ajouter le port si vous n’êtes pas dans la région).

Conseil : pour avoir débouché à l’improviste mais aussi pour avoir préparé la bouteille (débouchage une bonne heure avant), ce second cas est évidemment préférable ; le vin est alors bien plus expressif, notamment en se réchauffant doucement dans le verre. Bref un blanc bon au débouchage, et meilleur après un petit carafage.