P1170884

Rencontre avec Franck Pascal, domaine Le Jonc Blanc

13 mai 2017

Cette Escapadoenophile nous conduit à une heure à l’Est de Bordeaux, à Vélines. Nous sommes en février 2017 et la journée est bien ensoleillée.

velines

Outre le souhait de faire gouter les vins du domaine Le Jonc Blanc, que j’ai connus grâce à Eric Bernadin (ici, son blog), aux escapadoenologues, la motivation était double : visiter la propriété de viticulteurs adeptes des vins natures et évidemment faire connaissance avec eux, avec leur approche, leurs valeurs, … Le Jonc Blanc est la propriété d’Isabelle Carles et Franck Pascal. C’est avec ce dernier, ingénieur agronome ayant également fait une école de commerce, que nous passerons quelques heures dans les vignes puis autour d’une table de pique-nique (chacun a apporté, comme d’habitude, quelques « petites » choses mises au centre de la table pour partager).

Le Jonc Blanc couvre 19 hectares depuis peu, 7 hectares de blanc étant venus compléter les 12 hectares de rouge. Isabelle et Franck l’ont acheté en 2000. L’ancien propriétaire, médocain, avait acquis la propriété dans les années 1980. Cette origine explique que la propriété est essentiellement composée de Cabernet Sauvignon, ce qui la singularise. Isabelle et Franck ont planté du Malbec en 2003. Ces Malbec sont taillés à côts, comme l’aime Franck. Théoriquement, c’est une taille permettant d’avoir un équilibre sur le pied, par une maîtrise de la charge, avec des grappes tous les 20 cm. Pratiquement, c’est une galère, car la taille n’est guère aisée et les personnels peinent. Les autres parcelles sont en guyot bilatéral.

P1170890

Nous nous dirigeons vers les vignes entourant les chais accolés à l’habitation. Franck nous explique que nous marchons sur une veine de calcaire blanc, d’où le nom du domaine. Ceci dit, la propriété comporte une petite zone (1%) avec une couche de calcaire jaune. En fait, les calcaires de Saint-Emilion sont des calcaires marins (jaunes), ceux de Castillon des calcaires lacustres (blancs). Lorsqu’on s’approche de Bordeaux, au niveau de Saint-Pey d’Armens, le calcaire redevient jaune, ce qui est flagrant lorsqu’on observe les constructions ayant exploitées la roche des sous-sols. Entre les couches, des marnes (roche sédimentaire constituée d’argile et de calcaire). Ces connaissances du terroir, Franck les tirent d’études géologiques, notamment lorsqu’il y a une dizaine d’années le syndicat de l’appellation Bergerac a commandité une recherche sur les terroirs, associant des géologues et pédologues.

P1170897 P1170896

La vigne est ici cultivée depuis des millénaires. La propriété semble dater du XVème siècle. Il faut dire que la pauvreté du sol ne pouvait vraisemblablement convenir qu’à une vigne capable d’aller y chercher sa richesse, notamment la fraicheur que le calcaire procure à des vins apte à la garde. A contrario, ce sol ne possède pas de réserve hydrique et provoque des stress de plus en plus fréquents depuis 2003. Le changement climatique est patent. Qui plus est, les millésimes ne se ressemblent plus et le geste du viticulteur s’inscrit moins dans une reproduction systématique d’année en année que dans un apprentissage annuelle. Pour le métier de vigneron, le résultat produit autant d’intérêt que de difficulté. L’intérêt prend l’avantage pour les « biodynamistes » que sont Isabelle et Franck, arguant que le caractère résilient inhérent à ce mode de viticulture (et plus largement la façon de penser le rapport aux éléments) est évidemment aujourd’hui un atout, ou plus sagement un bon sens. Le mot clé est alors l’équilibre que les éléments savent préserver, voire retrouver lorsque les conditions, ici climatiques, sont hétérodoxes (comme en témoigne le millésime 2016).

IMG_3017 P1170887

Franck nous explique comment la vigne est travaillée, comme se déroulent les vendanges, comment il combine vendange à la main avec vendange mécanique, etc. Au passage, il nous explique que le principe du tout vendange à la main relève, certes dans certains cas, d’un discours convenu au regard de la qualité actuelle des matériels, notamment ceux avec trieur embarqué. Mais dans le même temps, sa méticulosité le pousse à s’interroger sur l’apport d’une vendange manuelle pour certaines parcelles, l’étalement (lorsque c’est possible) de la récolte conduisant à des degrés de maturité différents apportant de la complexité aromatique au vin (la parcelle de blanc est évidemment entièrement vendangée à la main). Dans ce domaine de la maturité, le choix de taille n’est pas neutre.

P1170888 IMG_3021

Le discours de Franck est non conventionnel. Le terme prend ici tout son sens. Certes en matière de vitiviniculture on utilise explicitement les expressions « conventionnelle », « non conventionnelle ». Mais en partant plus fondamentalement de ce que sont les conventions, la position de Franck est de ne pas y adhérer par principe ou par mimétisme. Une des illustrations possibles concerne la façon dont est pratiqué l’effeuillage. Mais je n’en dis pas plus, l’idée de ce compte-rendu n’étant pas d’être exhaustif. Il s’agit plutôt de livrer quelques éléments vous incitant à au moins deux actions : vous rendre au domaine (sur rdv) en groupe afin d’en apprendre vraiment beaucoup, mais surtout gouter les vins du domaine (en les commandant par exemple sur le site de Vins Etonnants, ici ou directement à la propriété).

S’agissant d’en apprendre beaucoup, Franck présente ses convictions sur la viticulture, sur la biodynamie, sur la biologie (fondements voire soubassements théoriques, lesquels sont évidemment éprouvés par les expérimentations que Franck met en oeuvre, qu’il s’agisse des engrais, du calendrier, des teintures-mères qu’il confectionne, etc.), sur la géologie et le terroir, sur les appellations locales (Bergerac, Montravel), sur le vin de France, sur son expérience avec le Percheron, etc. (en comptant le déjeuner, nous sommes restés sur le site tout de même 5 heures …). Tout amateur de vin se régalera. Ce fut évidemment notre cas et mes acolytes sont ravis de cette sortie.

S’agissant de gouter les vins du domaine, cet amateur ne se régalera pas moins. A ce titre, voici ce que nous avons dégusté.

P1170921 P1170927 P1170929 P1170932

Sens du Fruit 2015 blanc. Un assemblage de Sauvignon blanc, de Sauvignon gris et de Sémillon. Un vin effectivement sur le fruit, mais avec des notes florales. Polyvalent, facile, 10 euros, ça commence bien. Il faut évidemment également gouter Sens du Fruit rouge (Cabernet Sauvignon, Merlot), également élevé en cuve pour garantir un fruité croquant, mûr mais juste ce qu’il faut, une fraicheur apportant l’équilibre.

Classik 2015. Cabernet Sauvignon, Merlot et Malbec. Son passage de 12 mois en fût de chêne apporte au fruit, qui reste néanmoins maître à bord. On change de registre par rapport à la cuvée Sens du Fruit. Ce vin a eu un gros succès chez les escapadoenologues. On prendra la précaution de préparer le vin , et alors c’est un festival fruité, gourmand, … un billet suivra très vite sur le blog. Autour de 14 euros, on est sans hésitation sur un rapport prix/plaisir remarquable.

pure M 2015 Maseng. 12 mois en foudre de 19hl (y compris fermentation). Souffre total d’environ 35mg/l. De la matière pour ce cru aux arômes exotiques et légèrement fumés. Une belle tension équilibre l’ensemble. A ne pas rater. 20 euros.

pure M 2014 Malbec. Elevé en foudre de 18hl. La couleur particulièrement sombre pourrait conduire à penser, sachant qu’il s’agit de Malbec, qu’il va y avoir du « monde » … Et bien cela passe comme une lettre à la poste … le vin reste frais, et pur ! Il porte bien son nom. L’un des escapadoenologues a, bizarrement, gardé la bouteille près de lui lors du repas, … devinez pourquoi ?

pure T. Un 100% Merlot noir élevé en foudre de 12hl durant 2 ans. S’il se livre déjà, je conseille de l’attendre quelques années. C’est étonnant comment ce vin combine puissance (mais pas agressive) et fraicheur. Assez magique. 24 euros.

Le domaine propose également un rosé (Le Vin en Rose) à 9 euros. Top.

Précision : pas de sulfite ajouté, biodynamie donc pas de pesticides de synthèse, pas d’engrais chimique, pas de levurage, pas de chaptalisation, pas de collage, pas de filtration, …

Le pique-nique a été un moment convivial, faut-il le préciser (je vous passe évidemment les anecdotes, etc.).

Pour conclure : le lecteur de ce blog a sans doute entendu tout et son contraire s’agissant des vins natures. Mon message sera à ce titre le suivant. Prenez le temps de carafer les vins du domaines Le Jonc Blanc, et ensuite régalez-vous, comme nous, que vous soyez adepte ou pas de la biodynamie, ce qui compte c’est le résultat. Personnellement, comme en attestent les billets suivants, je suis fan des vins de ce domaine.

Classik 2012

Classik 2011

Sens du Fruit 2012

Sens du Fruit 2013

Très simplement mais très sincèrement : un grand merci à Franck Pascal ! Nous avons passé un excellent moment, et nous avons beaucoup appris.

Quelques photos, la dernière témoigne de l’utilisation de teintures-mères fabriquées par Franck et Isabelle.

P1170905 P1170901

P1170917 P1170919

Mots-clés :,