Graves 2013 10

Compte-rendu des Portes ouvertes des Châteaux appellation Graves, 19 et 20 octobre 2013

22 décembre 2013

La météo de cette escapadoenophile lors des portes ouvertes en appellation Graves, le 19 octobre 2013, s’est avérée clémente. Cette journée fut excellente, certes parce qu’il faisait beau, mais surtout en raison de belles choses bues, à des prix tout à fait raisonnables, chez des vignerons accueillants, certains d’entre eux ayant été dans ce domaine exemplaires. 7 potes escapadoenophiles étaient présents. Sont ici repris les sites ayant été particulièrement appréciés.

Auparavant, je rappelle que les vins de ce vaste pays des Graves de Bordeaux portent, par leur nom, les caractéristiques de leur sol. Il s’agit d’une longue bande de terre longeant la rive gauche de la Garonne (l’ouest), au sud de Bordeaux, jusque Langon. Il faut en détacher aujourd’hui l’appellation Pessac-Léognan (dont les châteaux ouvrent leurs portes 7 et 8 décembre 2013).

L’agenda étant un peu chargé en ce moment, ce compte-rendu sera express mais sa concision n’est pas à l’image des vins dégustés. En effet, si comme pour chaque compte-rendu d’une opération Portes Ouvertes le propos sur les vins ne peut pas être considéré comme une fiche dégustation, les châteaux évoqués ci-dessous nous ont fait gouter des vins d’un très bon rapport qualité-plaisir, voire excellent pour certains d’entre eux.

Notre premier arrêt s’est effectué au Château Brondelle, à Langon. Comme l’année dernière, un accueil féminin pour une visite des chais où une tentative de vinification intégrale est à l’œuvre, et expliqué.

Graves 2013 01 Graves 2013 02

Graves 2013 03

La visite est aussi bien menée que l’année dernière et l’échange affable. Le compte-rendu de l’année passée, puisque j’y étais passé, dit ceci :

« Cette propriété familiale a été achetée dans les années 1920, 2 à 3 hectares, par les grands-parents. La polyculture et le maraichage se sont effacés pour une exploitation uniquement vitivinicole conduite par les parents. En 1990 la surface est de 65 hectares. La propriété a été récemment scindée, entre les deux enfants, frères. Les actuels propriétaires possèdent 40 hectares sur le territoire des graves (Clairet, Bordeaux Château Mayne de la Cour, Bordeaux Supérieur Château Bras d’Argent, Graves Château Brondelle et Château Mons Despagne, Sauternes Château Fontaine). Depuis le millésime 2012, 14 hectares de Pessac Léognan ont été acquis, près de la Solitude, pour donner naissance à un cru nommé Château d’Alix.”

Graves 2013 05 Graves 2013 06

La salle de dégustation est toujours agréable et la série à déguster est la suivante : Château Brondelle Classic blanc 2012, le Grand vin blanc 2011, le Classic 2009 et le Grand vin 2010. Les vins blancs m’avaient plu l’année dernière et cette année encore davantage. Le grand vin 2011 se goute bien ; on s’en régalera dès aujourd’hui, mais il bonifiera en cave. Il semble plus élégant que le 2010 gouté l’année dernière, plus facile et sans doute plus immédiatement accessible. Le Classic offre une belle fraicheur et un prix tout doux.

Graves 2013 07

Le Classic rouge 2009 dévoile une petite touche végétale en fin de bouche conduisant à proposer de l’attendre encore un peu, tandis que le Grand vin 2010 combine à la fois souplesse et acidité caractéristique du grand millésime, c’est bon. La gamme Classic se vend 6 à 7 euros et le grand vin 10 à 11.

Château Brondelle est une belle adresse pour des vins qu’il faudra attendre un peu, mais avec une patience tout à fait raisonnable (5 ans). Bref, à visiter, à voir, et à boire !

 

Graves 2013 10 Graves 2013 09

Pour la deuxième année consécutives, le clou de la journée est le Château Pont de Brion (vignobles Molinari). Les fidèles de ce blog penseront « bis repetita » de l’édition 2012. Ils peuvent. L’édition 2012 avait été faite seul, avec celle de 2013 l’idée est de confirmer en présence des copains et qu’ils fassent connaissance avec Pascal Molinari.

Graves 2013 11

L’année dernière je disais « Ayant escapadœnophilé seul ce jour, un petit regret de ne pas avoir vécu ce très bon moment au Château Pont de Brion avec la bande d’escapadœnophiles. La programmation d’une sortie en Graves avec la petite troupe est à coupler avec une sollicitation de Monsieur Molinari pour qu’il nous reçoive au Château Pont de Brion”. Et bien c’est fait, et cette propriété est un coup de Coeur UNANIMEMENT partagé.

coeur

 

Tous les copains ont apprécié le moment passé en présence de Pascal Molinari. Lui et son épouse nous ont remarquablement reçu. C’est ce genre de rencontres qui nous fait aimer le vin, enfin à notre façon, c’est-à-dire incarné, habité, passionné. Cette visite seule a suffi à rendre la journée réussie.

Graves 2013 12 Graves 2013 13

Graves 2013 14

A nouveau une très belle verticale nous est proposée, je ne liste pas pour vous laisser apprécier les photos ci-dessous.

Graves 2013 16 Graves 2013 17

Graves 2013 18

Graves 2013 19 Graves 2013 20

Graves 2013 22

Joli non ? Belle générosité du vigneron. Ces vins sont bons,une adresse sans risque pour l’amateur. Un mot appuyé pour le blanc 2010 qui m’avait beaucoup plu ; j’en disais « Le 2010 mêle puissance et élégance, fraicheur et longueur, classicisme et disponibilité. Très bon, pour 10 euros, on reste dans un rapport qualité prix devant irrésistiblement conduire les flacons dans la cave ». Je ne change pas une virgule (depuis, j’en ai fait un billet ici). Cette année le 2012 fait son entrée en scène. Tirant davantage sur les agrumes, il offre une belle fraicheur qui a bien plu à l’équipe.

Graves 2013 23 Graves 2013 25

Pascal Molinari et son épouse nous ont préparé une table pour le pique-nique, et nous ont offert un petit café. C’est pas du bonheur ça ? Et le blanc 2008 dégusté en déjeunant a superbement fait son office.

Je ne peux me restreindre à vous inciter à acheter les vins de cette propriété, parce qu’il faut que vous y passiez sans forcément attendre les prochaines portes ouvertes. Et si vous patientez pour celles-ci, mettez-là au programme de vos visites.

 

Graves 2013 33 Graves 2013 27

L’arrêt au Château de Portets confirme le sentiment reçu l’année dernière, mais la dégustation des blancs a été plus difficile : 2010 un poil trop chaud pour que les copains l’apprécient et un 2012 trop frais mais dans le style maison. En rouge, une série de vins à prix doux : 5,5 euros pour le Château Port du Roy 2011 (Bordeaux supérieur), 6,50 euros pour le 15 Barons du Château de Portets (un vin rond, avec une belle matière et un joli fruit), 7,90 pour le Château de Portets rouge 2009 ou 2010 (que nous avons gouté), un bon rapport pour ce niveau de prix. Les vins sont, pour certains, encore marqués par l’élevage et nécessitent une garde. En somme, on ne se ruine pas, on se fait plaisir, l’échange est sympathique et une visite prochaine plus détaillée est proposée. Le site appelle un arrêt.

Graves 2013 26 Graves 2013 27

Graves 2013 28

Graves 2013 29 Graves 2013 30

Graves 2013 31

Graves 2013 32

Graves 2013 33 Graves 2013 34

Graves 2013 35 Graves 2013 36

Graves 2013 37

 

 

Mots-clés :

Proposer un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.