Fronsac 2014 06

Portes Ouvertes des Châteaux appellation Fronsac, 25 et 26 octobre 2014

1 novembre 2014

Les 25 et 26 octobre 2014, les portes ouvertes des châteaux en appellation Fronsac et Canon Fronsac se sont déroulées sous les auspices d’une météo particulièrement clémente, résolument estivale. Je pioche, pour le paragraphe suivant, dans le propos du compte-rendu de l’édition 2012, petit rappel pour les uns et précisions peut-être nouvelles pour les autres.

A une trentaine de minutes à l’Est de Bordeaux, le fronsadais est bordé par un fleuve, la Dordogne, et son affluent, l’Isle. Il offre de sublimes paysages vallonnés et certains châteaux possèdent de superbes points de vue, l’automne ajoutant aux vignes ses couleurs caractéristiques. C’est un vieux territoire vitivinicole, dont la réputation était grande jusqu’au 19ème siècle. Il est désormais dans l’ombre d’appellations devenues prestigieuses, toutes proches. Il recèle de très bons rapports plaisir prix. Pour ces raisons, l’amateur ne peut, lors d’une escapadœnophile dans la région, oublier la découverte de ce territoire d’une appellation double (Fronsac et Canon Fronsac) répartie sur les communes de Fronsac, La Rivière, Saint-Germain-de-la-Rivière, Galgon, Saint-Aignan, Saillans.

Comme pour tous les comptes-rendus des opérations portes ouvertes ou des rencontres avec des vignerons, les propos afférents aux vins ne peuvent être considérés comme des dégustations mais juste comme des premières impressions.

 

Chateau Grand Renouil 05

Ce compte-rendu de l’édition 2014 commence avec le gros coup de coeur de ces deux journées : Grand Renouil. Depuis 1905, cette propriété familiale exploite l’appellation Canon Fronsac. Le domaine est aujourd’hui dirigé par Michel Ponty. Sans arborer le label bio, la vigne est conduite de façon raisonnée (ex : aucun herbicide).

Vignobles Ponty

Michel Ponty nous accueille avec une agréable bonhommie. Si nous sommes restés en sa compagnie un certain temps, le moment aurait pu être prolongé.

Michel Ponty

Nous avons gouté : Petit Renouil 2006 et Petit Renouil 2010, Château du Pavillon 1995 et 2010, Château Grand Renouil 2010, 1990 et 1985. Le domaine propose également un blanc, en faible quantité.

Chateau du Pavillon 2010 Chateau du Pavillon 1995

Il y a un style maison. Les vins relèvent de la tradition des vins fins. Ils sont d’une élégance que l’amateur éclectique appréciera particulièrement en ces temps où la tendance aux vins massifs peut conduire nos palais à appeler la fraicheur. Les vins ont une matière délicate, d’une belle tension. Ils nous rappellent qu’il reste quelques irréductibles de l’élégance, de l’harmonie (les vins sont d’un parfait équilibre).

En mars 2013 nous avons réalisé une dégustation sur le thème « 2010 10 euros ». Petit Renouil 2010 a fini sur la première marche du podium (sur 12 vins dégustés), ex aequo.
Voici ce que j’en disais :

 » Petit Renouil, Canon Fronsac. Un vin pur, droit, net et précis. Nez subtil, les fruits rouges caractérisent ce vin d’une belle finesse avec des tanins élégants. Très digeste.  »
Le billet est accessible ici

Petit Renouil 2010

Petit Renouil a tout à fait confirmé le sentiment de mars 2013, il a même gagné en subtilité, avec quelques notes épicées sur un fruit plus subtil, élégant. Château du Pavillon 2010 est également très élégant, avec plus de complexité et un élevage doucement présent. Grand Renouil 2010 élève le niveau, tout au plus la bouteille qui vient d’être ouverte à la dégustation aurait mérité un carafage. D’ailleurs le lendemain (j’y suis repassé pour faire quelques emplettes regrettant la modestie de mes achats de la veille), le vin est superbe et si le 1985 bu la veille a montré que ce très bon vin traversera les années pour révéler son potentiel, le 1990 fut superbe, toujours en finesse, avec une note truffée (il est très tentant d’en faire une fiche dégustation).

Chateau Grand Renoul 1990

Un gros coup de coeur avec, pour les 2010, des prix portes ouvertes respectivement de 9,50 euros pour le Petit Renouil, 12 euros pour Pavillon et 23 euros pour Grand Renouil.

Il faut noter la présence d’un Bordeaux Supérieur, Clos Virolle. J’ai goûté le 2010. Il est dans un style très différent des trois autres. La robe est opaque, le vin est puissant, dans un style que certains qualifieraient de moderne. Bref, il n’a pas l’élégance évoquée précédemment, il ne joue pas dans la même cour que les trois autres crus, lesquels sont ancrés dans leur  terroir dont ils donnent une superbe expression. Clos Virolle semble plus artificiel mais attention, il faut pas se méprendre sur le propos, car à 6,60 euros, il reste dans un bon rapport.

Chateau Grand Renouil 04 Chateau Grand Renouil

Une très belle maison, un arrêt s’impose si vous passez à Fronsac, et si vous êtes proche vous ne regretterez pas le détour.

Je ne sais pas si le viticulteur procéde à des expéditions, le site internet est : ici

Sinon, sur le site de Bordeaux Wine Web : ici

 

 

Chateau Pey Labrie Chateau Pey Labrie 2009 Tradition Chateau Pey Labrie Coeur Canon 2010

Château Pey Labrie offre un superbe point de vue. Château Pey Labrie tradition 2009 est à 8,10 euros. C’est un vin d’une belle tenue, qu’on pourrait qualifier de traditionnel, le millésime 2009 apportant une matière relativement ample sur un fruit toujours présent. Château Pey Labrie Coeur Canon monte en gamme. L’élevage des millésimes 2010 et 2011 respecte le fruit. A respectivement 9,80 et 9,50 cela très intéressant et à noter sur votre agenda de visite dans le fronsadais. A revoir l’année prochaine pour confirmation. Anecdote : la brioche offerte aux visiteurs est une « tuerie ».

 

 

Arnauton 01 Arnauton 03

S’agissant justement de confirmation, difficile de ne pas aller la chercheur au Château Arnauton. Une verticale est proposée. Comme en 2012, le millésime 2010 démontre un bon qualitatif, confirmé par le 2011. A propos du 2010, le précédent compte-rendu disait ceci : « Le nez est riche, la bouche est ample avec un fruit délicat, la fraicheur caractéristique du millésime est présente. Une belle longueur couronne le plaisir pris avec ce vin. ». C’est confirmé. A noter, comme cela était annoncé, que la cuvée Clé de Sol a été abandonnée pour faire progresser la désormais unique production commercialisée : château Arnauton. Une exception sans doute prochainement puisque Pascal Pralong, le responsable technique, me fait déguster le résultat de la vinification intégrale en cours d’essai il y a deux ans. C’est très prometteur.

Arnauton 02 Arnauton 2011

A nouveau, un excellent accueil. A noter sur votre carnet et à ne pas oublier en cave.

 

 

Chateau Gaby 01 Gaby 04

Si les années précédentes les crus du Château Gaby avaient peiné à me convaincre, notamment par des élevages trop présents, cette année je me laisse volontiers embarquer notamment par le second vin à 8 euros, Château les Roches de Gaby, dans les deux millésimes mais surtout le 2008. Château Gaby 2011 est certes encore marqué par un élevage très présent, mais il montre un beau potentiel. La combinaison du jour consiste à prendre le second vin dans le millésime 2008 pour une consommation immédiate et à attendre le premier vin dans le millésime 2011 pour un plaisir dont je ne doute guère dans une décennie.

Chateau Les Roches Gaby 2008 Chateau Gaby 2011 Gaby 09 Gaby 10

Gaby 03 Gaby 07

Château Gaby offre à peu près le même point de vue que celui du Château Pey Labrie (situé un peu plus haut) et, comme chaque année, quelques voitures de collection.
L’un d’entre nous n’avait jamais visité le Château de la Rivière. En voici quelques photos.

Riviere 01 Riviere 11 Riviere 10

Riviere 07 Riviere 05

Riviere 03 Riviere 02

Le midi nous avons déjeuné au restaurant La Fontaine (site internet ici). Il n’est pas trop loin et franchement pour bien manger avec des produits frais cela vaut la peine.

Pour terminer ce billet, d’autres paysages du fronsadais (cliquer pour agrandir).

Fronsac 2014 07 Fronsac 2014 06

Fronsac 2014 05 Fronsac 10

Fronsac 2014 Fronsac 2014 01

Fronsac 2014 02 Fronsac

 

Mots-clés :, ,

Proposer un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.