seve automne 2005

Domaine Cauhapé, Sève d’automne, 2005, Jurançon sec

21 avril 2011

100% Maseng (50% petit, 50% gros)

Fred (son blog ici : http://fgsuperfred.canalblog.com) m’avait incité à aller sur le stand de ce domaine lors du salon des vignerons indépendants qui s’est tenu à Bordeaux du 11 au 13 mars 2011. Ce sont les moelleux qu’il m’avait particulièrement invité à aller déguster, notamment Noblesse du Temps. Après quelques stands, j’avais les papilles trop saturées et n’ai pu satisfaire cette invitation. Il faut dire que les moelleux ne m’attirent pas autant que les rouges et les blancs secs. Pourtant ce domaine produit des blancs secs réputés. Ce paragraphe évoque déjà quelques regrets… Il s’avère que le 16 avril, nous sommes invités par Christine et Jean. Avec l’entrée, composée d’une piperade autour de calamars, Jean sort un Domaine Cauhapé, jurançon sec, Sève d’Automne, 2005 (pour l’apéritif ce fut un Pouilly Fumé Domaine Thibault de chez Dezatun Chateauneuf du Pape blanc 1998 Cuvée de la Reine Jeanne de chez Ogier suivra le Cauhapé).

Servi un peu trop frais (il vaut mieux ainsi), il gagne en verre les deux degrés qui lui manquaient.

Le nez est intense, fabuleux, agréable, on hésiterait presque à boire l’élixir par crainte que la bouche ne soit pas à la mesure de ce l’odorat procure d’émotion. Je me lance, dans une première expérience avec le Maseng. Bingo !

La bouche est en symbiose avec le nez, la longueur et le retour sont au rendez-vous attendu. Belle structure. C’est complexe et les arômes sont multiples. Une question : où trouver cela ? Je veux dire, dans ce millésime. Au prochain salon des vignerons indépendants, sans détour, je ne traine pas pour faire ce stand, sans doute pour du 2008, que je devrai garder quelques années pour retrouver le côté un peu confit que j’ai apprécié avec le 2005.

Ajout du 21 avril 2011 : je viens de trouver ce cru en 2007 (14,55 euros) et 2008 (13, 50 euros), ainsi que La Canopée aussi (à environ 22 euros) au Leclerc Léognan.

EXCELLENT rapport prix-plaisir en prenant en compte le prix propriété (14,50 euros).

Le domaine possède une boutique.

S’agissant du 2005, Parker l’a jugé exceptionnel, Gault Millau excellent (16), le RVF a mis une étoile (15,5).
Ajout du 27/04/2011 : gouté le 2007 par deux fois ensuite, bien mais un niveau en dessous du 2005Ajout de janvier 2012 : gouter 2 fois le 2008, en dessous également.

Information prise sur le site du Domaine.
« Entre Biarritz et Lourdes, au cœur du Béarn, face aux Pyrénées, Henri Ramonteu élabore des vins blancs secs et moelleux sur un terroir d’exception, terres du Domaine Cauhapé. Des jurançons aux arômes fruités et complexes, à la robe dorée d’une élégance rare, qui enchanteront assurément le palais des amateurs de grands vins, racés et signés.
LE VIGNOBLE : il s’étend sur 42 hectares avec un terroir à dominante d’argile. Les vignes sont escarpées et plantées à flancs de collines. Avec une exposition sud, sud-est et une altitude variable selon les parcelles (400 mètres pour les plus hautes), les vignes bénéficient de conditions climatiques optimum. Le cépage Petit Manseng contribue à l’élaboration de grands moelleux comme de grands secs. Le Gros Manseng et le Courbu apportent la finesse et le fruit. Le Camaralet et le Lauzet sont des cépages anciens que nous réhabilitons peu à peu pour donner naissance à une nouvelle génération de Jurançons secs. LE TRAVAIL DE LA VIGNE : A Cauhapé, la main de l’homme est omniprésente dans les vignes. Tous les travaux sont cousus main : palissage, ébourgeonnage, échardage, effeuillage. Les vendanges sont manuelles et se font par tris successifs. Les grappes de raisins sont déposées délicatement dans des cagettes. L’observation quotidienne de la nature, notre mémoire et notre expérience nous guident dans nos choix de culture qui sont depuis longtemps très près du bio et nous permettent de vous dire aujourd’hui combien l’écoute d’une vigne conduit à son épanouissement. C’est ainsi qu’entre septembre et décembre, nous œuvrons, avec passion, pour élaborer les cuvées mythiques du Domaine.
LE CHAI : Des pressoirs pneumatiques et la cuverie inox permettent de recevoir la vendange dans les meilleures conditions. 80% de la récolte est vinifiée en barriques de chêne. Seules les cuvées très haut de gamme bénéficient de fûts neufs. L’élevage en barrique varie de 6 mois à 2 ans en fonction des cuvées. Toutes les étapes de la vinification et de l’élevage font l’objet d’une attention particulière. Avec un chai bien équipé et un matériel de dernière génération, nous ne pouvons que magnifier ce que la vigne nous a secrètement promis. »

Proposer un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.