Bonalgue 2009 2

Confirmation : Château Bonalgue, Pomerol, 2009

28 mars 2016

Ce Bonalgue 2009 a évolué, positivement. Et comme le cru avait déjà été très apprécié dans ce millésime (le billet réalisé en 2014 est ici), quoique dans le précédent également (ici), me voici dans le coup de coeur.

La robe est de bonne limpidité, profonde, avec quelques notes d’évolution.

Le nez est marqué, riche. Il porte des traces d’un bel élevage, avec des notes torréfiées, puis du tabac. Les fruits noirs sont accompagnés d’une pointe de violette. C’est légèrement truffé.

En bouche, la dégustation confirme l’impression d’un très beau vin, corsé, moins droit que lors de la dégustation précédente mais dans le même registre. Désormais autant en longueur qu’en largeur, la bouche est plus veloutée, bien que les tanins restent présents en offrant une petite rugosité (mais absolument pas de rusticité) appréciée. Avec l’agneau confit, c’était parfait. La finale est longue.

coeur

Assurément un coup de coeur. Il se déguste remarquablement aujourd’hui, il reste gourmand. Le patient saura sans aucun doute profiter d’un gain de complexité dans quelques temps. Un Pomerol au prix toujours raisonnable notamment lors de l’opération primeurs (contact ici). Avec l’annonce d’un beau millésime 2015, y penser. Le cru est sous les 20 euros lors des primeurs, et sensiblement plus onéreux ensuite sans espérer pouvoir le retrouver au prix de cette opération (ce 2009 doit flirter, voire dépasser, les 40 euros aujourd’hui, ce qu’il peut se permettre facilement). Bref, un vrai effort réalisé par le producteur pour le particulier achetant en primeurs. Des prix, de la qualité, du respect, tout pour fidéliser.

Mots-clés :, ,