Chateau Carteau 2011

Château Carteau Côtes Daugay, Saint-Emilion Grand Cru, 2011

4 mai 2014

Durant les portes ouvertes de Saint-Emilion (petit compte-rendu prochainement), deux coups de cœur, dont un pour les domaines de la famille Bertrand qui proposent 3 crus : Château Carteau Côtes Daugay, Château Franc Pipeau et Château Vieux Lescours (2ème sur la marche de notre dégustation 2010 10 euros, ici).

Mes précédents billets sur ce genre d’opérations ont évoqué ces beaux châteaux de vignerons propriétaires (ici, et ici).

La dégustation, cette année, a proposé différents vins, dont ce Château Carteau Côte Daugay 2011. Il paraît que c’est dans ce genre de millésime qu’on identifie les bons vignerons. Voyons cela en ce dimanche avec l’idée de mettre un bon vin de repas sur la table.

La robe est profonde et limpide, rubis. Le premier nez est déjà présent, le second s’avère assez riche, aromatique (fruits noirs), avec certes encore des notes d’élevage mais le vin est très jeune et la vinification a été conduite pour que le fruit s’impose. C’est réussi. En bouche, un toucher plutôt délicat, le vin est assez droit mais ce sage caractère est bousculé par un fruit juteux qui procure de l’amplitude. Ce vin combine gourmandise et fraicheur, matière et élégance. C’est très bien fait. La longueur est tout à fait correcte.

Ce vin est harmonieux. Un coup de cœur.

coeur

EXCELLENT RAPPORT PLAISIR PRIX (16 euros à la propriété, site ici).

Carafez-le bien avant (1, 2 voire 3h), ou dégagez la bouteille aux épaules (le matin pour une consommation le soir par exemple). Comme c’est un vin jeune, je l’apprécie servi un peu plus frais qu’à l’habitude.

Les adeptes de vins jeunes s’en régaleront d’ores et déjà, et pourront aussi garder leurs flacons en cave quelques années. Ils pourront alors conserver davantage le 2010. J’avais réalisé une fiche pour ce 2010 (ici), une très grande année. Le 2011 semble, avec ce billet, prendre le dessus. C’est en fait plus nuancé. Le 2010 est un vin de garde, qui sera bientôt grand. Le 2011 comporte aujourd’hui une fraicheur le rendant, comment dire … plus « sexy ». L’effet millésime est indubitable, mais on reconnaît le style du cru. Décidemment, j’aime les vins de la famille Bertrand. J’ai en cave quelques millésimes plus anciens, je ne vais pas trainer à en faire un billet sur ce blog, s’ils me plaisent évidemment ; j’ai tendance à avoir des exigences accrues avec les vins que je connais, notamment lorsque je les recommande.

Que ce soit le 2010 ou le 2011, quelques caisses du Château Carteau Côtes Daugay doivent rejoindre votre cave (la propriété vend toutefois par 3, 6, 12, 24 bouteilles, etc. ;-) ou en caisse panachée).

 

ps : l’autre coup coeur ? bientôt…