cc01

31 décembre 2012 : dernier post de l’année pour rappeler les coups de coeur 2012

31 décembre 2012

Le dernier post de cette année procède à un court rappel à propos des vins qui ont été les coups de cœur de cette année 2012 en rapport qualité-prix. Certains ont fait l’objet d’un article sur ce blog et le lecteur pourra y accéder à partir de la catégorie « vins dégustés ». D’autres ont été dégustés avant la création de ce blog (en avril 2012) et, enfin, il y a ceux n’ayant pas encore été mis à l’honneur, faute d’en avoir pris le temps.

En premier lieu, le Grand vin blanc du Château Tour de Mirambeau, de la familleDespagne à Naujan et Postiac, notamment le millésime 2008, qu’il est certes temps de boire. Mais le 2010 dégusté récemment prendra sa place sans aucun doute avec brio. Ce sont les établissements Martin (tél. 05.57.74.43.44, avec le toujours très bon accueil de Monsieur Gaillard), caviste à saint-Emilion, qui m’ont fait découvrir ce cru (on peut y commander à l’unité, ou plus). A la propriété, les ventes se font par caisse de 12 (tél. 05.57.84.55.08). Autour de 15 euros par caisse de 12, un peu plus à l’unité.

L’Hurluberlu, bio, de Sébastien David devient l’indispensable vin de copain gourmand et frais. Mais il faut gouter ses autres cuvées, notamment celles de la série « Patrimoine SB », le Cabernet franc y est sublimé (à commander sur le site du « caviste se rebiffe » ou à la propriété 02 47 97 89 64). 10 euros.

Les vins de Nicolas Despagne, Château Maison Blanche, figurent sur le podium. Les amis ayant acquis et gouté ce vin ont formulé, tous, des retours très positifs notamment sur le millésime 2009. Le 2010 est encore un cran au-dessus mais tous les millésimes, depuis le 2002, sont croquants de bons et beaux fruits, gourmands et élégants à la fois. Ce vin bio est disponible à la propriété (tél. 05 57 74 62 18) ou par exemple à la cave Vinimarché de Pessac (05 57 26 85 85). Quel beau domaine ! Entre 17 et 18 euros selon les millésimes.

Jean-Paul Garde produit, entre autres, deux Lalande de Pomerol (Domaine de Grand Ormeau et Fleur des Ormes) qui sont des valeurs sûres et, comme les précédents vins, indispensables dans une cave (certes, il y en a tant d’autres). La belle éducation de ce vigneron passionné se retrouve dans l’élégance de ses cuvées. Un type à rencontrer, par exemple lors de l’opération Portes Ouvertes des Châteaux en Lalande de Pomerol (commencez donc par cette propriété). 13 à 14 euros. Domaine du Grand Ormeau, 33500 Neac, Tél. 05 57 51 40 43, En venant de Bordeaux prendre sortie Libourne Est, la D1089, http://wwwdomaine-grand-ormeau.com garde@domaine-grand-ormeau.com

La Cave Vinimarché m’a fait découvrir le château Roland La Garde 2001, un Côtes de Blaye qui étonnerait en dégustation à l’aveugle (15 euros pour le 2001, 7 euros pour le 2009). Je n’ai pas pu en faire un compte rendu car la première bouteille ouverte était malheureusement bouchonnée. Ce sera pour 2013. Cette cave m’a aussi fait découvrir les vins de Bourgogne du Domaine Françoise André Chorey, les blancs feront l’objet d’une fiche, après avoir vieilli un peu, cela devrait être un beau moment.

Au salon des vignerons indépendants, je suis heureux d’avoir fait connaissance avec les vins d’André Hartmann (notamment Gewürztraminer et Pinot Gris).

Le Clos Puy Arnaud 2007 de Thierry Valette, en Côtes de Castillon, a été très apprécié.

Cazal de Roques 2000, un Minervois bu au restaurant, fait par Jean-Luc Thunevin, était sensationnel, mais il n’est malheureusement plus disponible (le 2002 est disponible, autour de 8 euros, mais c’est un cran dessous). Ceux qui ont pu penser que ce vin n’avait pas le potentiel pour vieillir se sont fourvoyés… De Jean-Luc Thunevin, toujours au restaurant, le 2eme vin blanc de Valandraud, élaboré par sa compagne, superbe ! …

Chez un ami, j’ai bu la cuvée Moisin du Château Moutte Blanc, millésime 2010, un vin 100% Petit Verdot. Très bon. Il me faut le trouver pour le mettre à l’honneur.

Les déceptions viennent de vins d’un prix nettement supérieurs à ceux listés ci-dessus. Une exception : Château La Gaffelière 1997, un petit millésime pour un grand vin (merci Thierry et Marie). Mais il faut ici confesser que ma bourse ne me permet d’accéder à certains grands crus dont nous parlent les revues (ces dernières ont tendance à devenir élitistes). Ce n’est pas faute de le désirer, mais avec des moyens plus modestes il est également possible de passer de très bons moments. Cela prend du temps de dénicher ces petits trésors, mais quel plaisir de partir à leur quête. C’est ça, une escapadoenophile.

Enfin, la cave fait vieillir quelques vins dont j’attends beaucoup : Cantemerle (notamment le 2010, dont la dégustation m’a mis une claque), Fleur CardinaleHaut-MarbuzetSansonnetBonalgueChâteau de Môle et j’attends beaucoup du Château La Nauze, Côtes de Castillon, repris récemment et dont les 2010 devraient agréablement nous surprendre (pour un prix très raisonnable). Il sera impossible d’oublier le Château Cornélie de Patrick Grisard, une fiche le servira bientôt.

Rendez-vous peut-être avant la fin de la semaine, je viens de passer à Cash Vin (autre bon caviste aux conseils avisés vendant en ligne et dans plusieurs boutiques bien aménagées http://www.cash-vin.com  ) prendre les Sorcières 2011 d’Hervé Bizeul. Enfin, cela dépendra du temps de récupération de la soirée de nouvel an (mais comme toujours : avec modération, pour ne pas donner, presque, raison au peuple Maya ou à leurs interprètes).

 

 

 

Proposer un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.